L’Histoire de notre école

Créée le 1er janvier 2007, AgroParisTech est le fruit de l’alliance de trois Grandes Ecoles d’ingénieurs :
lENGREF, Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts
l’ENSIA, Ecole nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires
lINA P-G, Institut national agronomique Paris-Grignon

L’ENGREF : Encore aujourd’hui une école dans l’école

L’Ecole Nationale du Génie Rural des Eaux et des Forêts (ENGREF) est née en 1965 de la fusion de l’Ecole Nationale des Eaux et Forêts de Nancy (1824) et de l’Ecole Nationale du Génie Rural, fondée à Paris en 1919.

1824-1965. L’Ecole Nationale des Eaux et des Forêts (ENEF)
L’Ecole royale forestière est fondée à Nancy par l’Ordonnance du 26 août 1824 et commence à fonctionner au 1er janvier 1825 avec, pour premier directeur, Bernard Lorentz. En 1853, son nom devient Ecole impériale forestière ; en 1873, Ecole Nationale Forestière puis à la fin du XIXe siècle, Ecole Nationale des Eaux et Forêts.
Afin de disposer d’un champ d’étude suffisamment vaste destiné à l’enseignement et à la recherche, l’Ecole s’est progressivement dotée d’environ 4 000 hectares de forêt, répartis autour de Nancy et gérés par le personnel. Divers cantonnements de forêts plus éloignés lui sont ensuite confiés, ce qui permet de multiplier les enseignements de terrain.
L’Ecole forme les gestionnaires de la forêt en France et bien au-delà puisqu’elle a formé plusieurs milliers de forestiers originaires de 40 pays différents.

1919-1965. L’Ecole Nationale du Génie Rural (ENGR)
Après la Première Guerre Mondiale, la France doit se reconstruire. Le Corps du Génie Rural est alors créé par le décret du 26 décembre 1918, en remplacement de celui des Améliorations Agricoles.
Ce décret crée l’Ecole supérieure du Génie Rural, école d’application de l’INA. En 1923, elle s’installe au 19 avenue du Maine, dans une propriété acquise par le Ministère de l’Agriculture. Les laboratoires voient le jour en 1925 grâce à la construction de pavillons au fond du jardin. En 1946 débute la construction de l’actuel bâtiment qui est l’œuvre d’André Japy, architecte en chef du Palais de Versailles. L’Ecole s’y installe en 1949 et y restera jusqu’en 1965.
Au total, entre 1919 et 1965 sont formés 665 élèves réguliers dont 47 de nationalité étrangère.

1965-2006. L’Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (ENGREF)
Ministre de l’Agriculture du Général de Gaulle, Edgar Pisani décide de regrouper au sein de Directions départementales de l’Agriculture l’ensemble de ses services. Parallèlement, la gestion des forêts publiques est confiée à un établissement public autonome, l’Office National des Forêts (ONF). Cette politique passe par la création d’un corps de fonctionnaires nouveau, celui des Ingénieurs du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (IGREF). L’ENGREF naît aisi de la fusion de l’ENEF et de l’ENGR
Pour diversifier les formations offertes, l’ENGREF crée une implantation spécialisée sur l’eau à Montpellier en 1989, une autre sur la forêt tropicale à Kourou en 1986. En 1990, elle accueille l’ancien site de l’Ecole Nationale des Ingénieurs des Travaux des Eaux et Forêts (ENITEF) – devenu la Formation des Ingénieurs Forestiers (FIF) à Nancy – à Nogent-sur-Vernisson et son arboretum. Pour terminer ce déploiement d’envergure nationale, le centre de Clermont-Ferrand est créé en 1997 sur les thématiques de l’aménagement du territoire.

Au premier janvier 2007, l’ENGREF devient école interne d’AgroParisTech.

L’ENSIA

ENIA (Douai). Sucrerie – Filtre à presse

1893 Création de l’ENIA – Ecole Nationale des Industries Agricoles – à Douai sous l’impulsion des industriels
1960 L’Ecole devient l’ENSIA – Ecole Nationale Supérieure des Industries Agricoles et Alimentaires
1961 L’ENSIA s’installe sur le site de Massy, au sud de Paris
1975 L’ENSIA reçoit l’habilitation à délivrer des diplômes de 3e cycle (DEA et doctorat)
1977 En collaboration avec l’université de Montpellier, l’ENSIA crée la SIARC – Section des Industries Agro-Alimentaires pour les Régions Chaudes – implantée au sein d’Agropolis à Montpellier
1981 Création de l’Institut Supérieur de l’Agro-Alimentaire (ISAA), pôle francilien de formation et de recherche associant l’ENSIA, l’INA-PG, l’ENGREF, l’ENVA, l’INRA et le CEMAGREF
1983 Inauguration de la halle technologique Nicolas Appert le 14 octobre en présence de Michel Rocard, ministre de l’Agriculture.
1988 En collaboration avec l’Institut Supérieur d’Agriculture de Lille, l’ENSIA crée le CESIA – Cycle d’Enseignement Supérieur en Industries Agro-Alimentaires – à Lille
1992 Avec l’ENSAIA de Nancy, l’ENSBANA de Dijon et l’ENITIAA de Nantes, l’ENSIA crée le réseau AGORAL pour promouvoir l’enseignement supérieur et la recherche dans le domaine des industries alimentaires
1993 L’ENSIA crée l’ECOLE DOCTORALE des Grandes Ecoles du Vivant avec l’ENGREF, l’ENVA, l’ENSP et l’INA-PG
1995 L’ENSIA développe avec des universités européennes le European Master degree in Food Studies, programme de 3e cycle ouvert à des étudiants de toute nationalité et dispensé successivement dans plusieurs pays d’Europe
1998 L’ENSIA propose le double diplôme franco-allemand avec l’université de Munich

L’INA P-G

L’INA P-G est issu de la fusion en 1971 de deux établissements :
L’École Nationale Supérieure d’Agriculture de Grignon, issue de l’Institution Royale Agronomique de Grignon, créée en 1826 par Charles X
L’Institut National Agronomique créé à Versailles en 1848, installé à Paris en 1876

Quelques dates :

1971 Première promotion 168 élèves
1976 L’INA P-G est habilité à délivrer le diplôme de docteur-ingénieur
1988 Habilitation à délivrer le diplôme de docteur de l’INA P-G
1991 L’INA P-G participe à une nouvelle formation d’ingénieur (NFI) par alternance
1995 Le diplôme d’ingénieur agronome peut être obtenu par la voie de l’apprentissage
1996 Inauguration de la résidence René Dubos, située au Kremlin-Bicêtre
2003 Inauguration, sur le site de Grignon, du pôle d’enseignement et de recherche EGER (Environnement et Gestion de l’Espace régional)
2005 Inauguration, sur le site de Grignon, de la résidence étudiante Jacques Ratineau

L’Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Grignon

Le château de Grignon, de style Louis XIII, a été construit vers 1636 par Pompone de Bellièvre, Marquis de Grignon, dont la famille subsistera jusqu’à l’époque révolutionnaire. Madame de Brassac fut la dernière Marquise de Grignon.

En 1798, César Auguié acheta le domaine et y maria sa fille Aglaë-Louise au jeune général Ney, en 1802.

Le général Bessières, commandant alors la garde des consuls, futur maréchal, Duc d’Istrie, acheta le domaine de Grignon en 1803. Napoléon 1er y séjourna à deux reprises.

Le château, le parc et les terres de Grignon, d’une superficie de près de 500 hectares, ont été acquis le 24 juin 1826 par le roi Charle X qui les mit à la disposition de la Société Royale Agronomique de Grignon,en vue d’y installer l’Institution royale Agronomique de Grignon, dont le premier directeur fut Auguste Bella.

Cette institution devait finalement devenir l’Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Grignon.

L’Institut National agronomique

L’Institut national agronomique fut créé en 1848 à Versailles, supprimé en 1852 et reconstitué en 1876 à Paris. La direction en fut alors confiée à Eugène Tisserand.

Le 16 de la rue Claude Bernard cache l’antique « Jardin des Apothicaires » qui remonte à l’an 1580. Là s’élevait jadis le collège, devenu, à partir de 1777, l’Ecole Supérieure de Pharmacie.
Peu de temps après le transfert de l’Ecole Supérieure de Pharmacie avenue de l’Observatoire, le gouvernement concéda, en 1882, son emplacement et ses vieux bâtiments à l’Institut national agronomique, alors logé provisoirement au Conservatoire des Arts et Métiers dans des locaux trop étroits.
Des bâtiments neufs furent construits en 1889 puis en 1912-1914, rue Claude Bernard, et, en 1929, rue de l’Arbalète, permettant d’y installer les nombreux étudiants et toutes les activités de l’INA.

Ainsi naquit l’Institut national agronomique


Une école historiquement riche

 

Les archives de l’école

Une école riche en traditions


La Falunière : Un site géologique d’une richesse exceptionnelle